Translate

mardi 22 août 2017

Camp de base pour les jours froids ou fatigués!

Ça fait déjà plus de quatre ans. Je l'écris et je ne sais pas si je dois le croire. Quand j'y pense, c'est un peu fou dans mon esprit. C'est long et court à la fois. C'est plus qu'on ce que l'on avait imaginé, mais ce n'est pas encore assez. 

Je n'aurais pu imaginer de plus belles années avec mes enfants, avec André. Nos vies sont à jamais liées par un sentiment d'aventure, de paix et de conviction.

On rêve maintenant d’été. D’en profiter et de le savourer. De ne pas juste le travailler. On a envie de changer ce qui est devenu de la routine et du trop connu pour redécouvrir le voyage à travers les beaux mois. Il y aura plus d'un été. On en espère tout plein. 

Il y aura donc des hivers où le froid nous fera quitter notre nid qui ne pourra plus être le cocon. Parce que l'on doit être six mois ici, si on part l'été, on ne pourra pas repartir quand la nature s'endormira sous ses draps blancs. 

On rêve maintenant aussi de silence et de racines. De se laisser grandir. De ne pas juste s’en aller. On a envie de changer ce qui est devenu de la routine et du trop connu pour redécouvrir le voyage à travers le désir de rester.

Il y aura donc aussi des moments où on restera pour regarder la vie s'écouler. Pour ne pas ressentir l'obligation de partir et se donner le privilège de choisir.


On s'est offert un camp de base qui nous gardera au chaud, et dans lequel on se reposera lors des jours fatigués. On s'est offert un lieu où nos rêves auront la liberté d'exister et où le repos aura la possibilité de s'arrêter.

Est-ce que c'est le sédentaire qui parle plus fort? C'est plutôt les voyageurs qui crient leur liberté. On veut s'ouvrir à l’ailleurs sans le compromis du départ. On veut tout sans limites. Il y a un mois, on n'en parlait même pas. Dans deux semaines, on s'y installera. On ne perds pas de temps à réfléchir, on vit tout simplement.

On reste Six Nomades... On le sera toujours! Parce que l'on est six et parce que l'on est nomades! C'est inscrit sur nos âmes et ça fait partie de qui nous sommes. C'est seulement que l'on a la maison qui part et que l'on a la maison qui ne va nul part. On aura les deux parce qu'on a le droit de tout avoir. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire