Translate

mardi 18 avril 2017

Galveston (Encore!) - Texas - USA

Je sais, on y est déjà venu. C’était à l’automne dernier. On pensait bien avoir quitté la mer pour cet hiver. Sauf qu’elle est plus puissante que notre volonté... On n’avait pas envie de combattre. On l’a laissée gagner. On est revenu!

Ça pourrait être le jour de la marmotte, mais quand tu es bien à un endroit, le cœur t'y ramène quoi qu'il arrive. On ne peut pas vraiment l'expliquer... Galveston, on l'aime d'amour. Ce n'est pas la plus belle île, la mer n'y est pas non plus la plus belle. C'est dans les gens ou dans l'atmosphère. Dans les vagues, le sel ou la plage. C'est peut-être aussi dans l'humidité, dans la chaleur ou juste dans un tout. 




Tout ce que je peux dire, c’est qu’on y est un peu chez-nous! On va au parc (Schreiber Park), qui soit dit en passant, est l’un des plus beaux qu’on a vu et LE mieux construit. Une partie est pour les plus jeunes et une autre partie est pour les plus « vieux » peu importe l’âge parce que je pouvais aisément m’y amuser avec les enfants. Ça c’est chouette de glisser sans me blesser la tête ou marcher à genou! 



On va aussi de l’autre côté de l’ile, par le traversier gratuit qui mêne sur le continent. Il y a l’un des plus anciens forts de garde qui surveillait le port et son canal jusqu’à Houston. On peut visiter les structures qui malheureusement ne sont pas en très bon état, mais qu'on prend bonheur à parcourir. 










On va à la plage... Tous les jours! Pour se baigner, jouer dans les vagues, voir des dauphins, nager par mer calme, faire des chateaux ou des forts, marcher, jaser, méditer et se remplir l’âme de ce qui apaise.









Et on repart. On quitte le Texas pour vrai. Sauf qu’on retrouvera la mer un peu plus à l’est après un arrêt en Louisiane juste parce qu’on a envie d’y aller.

Petite note : Si vous venez dans le coin, n'hésitez pas à prendre le traversier si vous aimez prendre le bateau. À notre départ, on l'a pris aisément avec le pickup et la fifthwheel. La traversée dure une vingtaine de minutes et c'est gratuit. La route qui remonte vers la I10 longe la péninsule en suivant la mer et traverse des bayous. C’est très beau.

mercredi 22 mars 2017

Houston - Texas - USA

On n’aime pas beaucoup les grandes villes. Ni les moyennes ou les petites en fait! On préfère, et de loin, s’aventurer dans les villages perdus avec une grande âme. Mais de temps en temps, on fait exception comme à Houston qui se plaçait sur notre route vers la mer.



On avait le choix des activités. Ce n’est pas ce qui manque : Des parcs, des musées ou des navettes. On a bien failli aller faire un tour dans l’espace sauf que les enfants ne pouvaient pas faire tous les tours. On a décidé d’y revenir quand tout le monde aurait grandi. « C’est pas cool si on n’y va pas ensemble » ont été les paroles de mes grands! Chez-nous, on sort en gang ou pas du tout. De toute façon, ce qui nous attirait le plus était un grand bateau et un musée.

On a donc, pour commencer, pris d’assaut le USS Texas. Un super battleship qui a servit lors des deux grandes guerres et qui est maintenant l’un des state parks texans. On a accès au pont, aux étages supérieurs ainsi qu’au premier niveau inférieur. On imagine la vie des marins. Une partie de nous est envieuse tandis que l’autre imagine le travail et la restriction. On voudrait bien jaser avec l’un de ces marins aux histoires passionnantes. Et puis, il y a les canons dont certains sont accessibles. Ça ne devait pas être drôle quand venait le temps de s’en servir.









J’oubliais presque de dire que pour y venir, on a traversé le port par l’un des plus vieux traversiers. On aurait pu prendre la route, mais c’est bien mieux par l’eau! Surtout que ce traversier ne transporte qu’une dizaine d’autos, collées les unes sur les autres.


La deuxième journée de notre visite de la grande ville, c’est vers le musée des enfants que nous nous sommes dirigés. Quand presque tout est conçu autour des adultes, passer la journée dans un monde d'enfants est un privilège. Il y a des sciences, du bricolage, de l'eau, des expériences, des commerces et surtout... Il y a de l'imagination. L'épicerie a été adorée. Même les caisses pouvaient scanner!











Et puis finalement, notre séjour a été juste assez. On en rapporte de merveilleux souvenirs sans avoir eu le temps de remarquer le bruit, le traffic et le stress. Mais je dois avouer que ça circule bien à Houston. C'est bien conçu et ça donne presque le goût de rester plus longtemps. Je dis presque. Parce que ce qui nous attend est bien au-delà de l'envie. C'est viscéral et profond... Plage, mer, sable : On arrive!

dimanche 12 mars 2017

Monahans Sandhills State Park - Monahans - Texas

Quand on a découvert que l’on pouvait glisser dans le sable au Texas, c’est à l’unanimité que la décision a été prise de nous y rendre! On l’avait fait au Nouveau-Mexique et au Colorado alors qu’elle belle occasion de le faire à nouveau.




On pourrait se croire à la plage, mais l'eau y est souterraine. Il y a plusieurs milliers d'années, c'était une montagne située bien au-delà d'ici. L'érosion a agit, façonnée, modifiée. Ce qui était grand et fort s'est changé en quelque chose de plus petit, tout aussi fort,  mais de toujours vivant. N'est-ce pas comme la vie? Les années nous changent et nous modifient. On demeure fort et vivant, mais différent.

Nous avons glissé, joué, marché, creusé des trous. Couché sur le dos, nous avons admiré le ciel et écouté la nuit. Le musée du Visitor Center valait le détour et c'est avec bonheur que l'on s'est arrêté en bordure de la route à notre départ pour regarder le train.






Bon... Soyons honnête! On a aussi entré une quantité phénoménale de sable dans la maison, mais est-ce que si grave? Bien sûr que non! On n'oubliera vite ce petit détail. On ne se souviendra que du plaisir.