Translate

jeudi 18 mai 2017

Morton - Mississippi - USA

Je n'ai pas de grands romans à raconter. On a été attiré par le lac alors on y est venu. Un canard mallard est devenu notre ami, on s'est amusé avec les tortues, on a sympathisé avec quelques écureuils, on a joué aux blocs sur le bord du lac, on a pêché avec des branches et des bouts de pain.







Pourquoi rendre compliqué ce qui est simple quand la simplicité n'a rien de compliqué? On aime ça de même! 

Et puis, nous devions partir vers la Natchez Trace Parkway. On partira plutôt vers l'Alabama! C'est souvent épuisant de ne pas planifier nos routes sauf que ça empêcherait le plaisir de changer d'idées! Et ça aussi on aime ça de même!

mercredi 17 mai 2017

Waveland - Mississippi - USA

L'eau est claire et chaude!
Le sable est blanc et fin!
On peut presque appeler ça le paradis. Une chose est certaine : On y resterait tout le temps. Il y fait chaud, humide et ensoleillé. On y était pour une semaine... Qui est devenue deux semaines!





C'est un secret que j'ai eu envie de garder pour nous. Mais ce serait vous empêcher de profiter d'un coin du monde où tout est facile. Le sable est nettoyé tous les matins, le stationnement est disponible partout sur le bord de la route et gratuitement, les gens sont souriants. Il n'y a pas de traffic ou de bruits. Il n'y a que des oiseaux, de l'eau et du bonheur!






Nous étions au Buccanneer State Park qui est situé juste en face de la plage et offre de grands sites boisés. Nous y étions venus il y a quelques années pour jouer dans le parc de jeux. Nous avions hâte d'y revenir pour y camper.

Quand il y a eu Katrina (L’ouragan en 2005), tout le state park a été détuit. Ainsi que la route, la plage et de nombreuses maisons.  On a vu de quoi avait l’air le avant et le après : La nature est si puissante que l’humain oublie ce qu’elle est capable de faire. Dans l’eau, des restes de ce qui a été un quai permettent de se souvenir.


Nous n'avons interrompu les journées de plage que par une visite du Infinity Science Center de la NASA que nous avons adoré.

Ce musée était simplement parfait. Simple et exactement comme on l’aime. Nous venions tout juste d’écouter Apollo 13. Quelle belle surprise d’apprendre que Fred Haise était originaire du Mississippi (On pense même l’avoir vu lors de notre visite!) et que nous pouvions voir son équipement personnel. De plus, nous avons visionné un documentaire d’images originales sur la mission appelée « L’échec réussi »! Saviez-vous que les paroles « Houston, We have a problem » ont été réellement prononcées?




Aussi, on trouve dans le musée une partie de la Station International, un simulateur d’atterissage de navette, un cinéma en bulle où l’on peut s’assoir dans des poches de sable et de nombreuses vitrines d’exposition. À l’extérieur, on trouve des stations météos et... Une partie de fusée servant aux navettes spaciales. La fusée est divisée en trois parties et on retrouve ici la base, soit le tiers de celle-ci!








Finalement, un tour en autobus est disponible pour pénétrer sur la base Stennis et apercevoir les rampes de lancement. Le jour où nous étions présents, un test de moteur était effectué. Nous avons eu le privilège de voir la préparation entourant ce test.


Nous avons énormément appris sur l’espace et les missions spaciales. Tout est clair et précis. Assuérement, l’un de nos musées préférés. J’ai presque envie de dire LE meilleur!

Bon, et puis, pour faire plaisir à ceux qui trouvent que nous sommes trop heureux... Non, ce n’était pas parfait! Il y avait des noseeems. Vous savez les minuscules moustiques qui se faufilent partout, même dans les moustiquaires? Mais bon, quand on est à la plage, ils ne sont pas là! 

jeudi 4 mai 2017

La vie et tout ce qu'elle contient!

Dans les prochaines semaines, le gouvernement apportera des changements à la Loi sur l’instruction publique, apportant par le fait même des changements aux articles donnant droit à la scolarisation à domicile. Nous ne connaissons pas la teneur des changements qui seront faits, mais pour toutes les familles ayant choisi ce mode de vie et d’éducation, il est essentiel que la Loi nous permette de continuer à avoir la liberté d’offrir à nos enfants une vie différente certes, mais enrichissante.

Afin de guider le ministre, deux blogueuses (Julie de Escargot et Coquille et Julie de LilyAcademix) ont décidé de remettre un mémoire englobant les recommendations des divers groupes et intervenants ayant à coeur la connaissance du rôle de l’école à la maison. Pour ce faire, elles ont aussi demandé l’implication de familles scolarisées à domicile de partout au Canada pour témoigner de leur cheminement et de leur vie. 

C’est avec un grand plaisir que j’ai répondu à l’appel. Pour que les changements apportés nous permettent de garder notre autonomie et notre liberté. Aussi pour que la Loi soit unique et égalitaire pour toutes les familles du Québec. Et surtout parce que l’école à la maison est un privilège inégalé pour moi, mon mari et mes enfants.

Voici donc notre témoignage.

La suite d’une vie!
Je savais que je resterais à la maison avec les enfants. Dès notre rencontre, André et moi, avions déjà en tête ce que serait notre vie en tant que famille. En 2004, j’ai mis au monde notre premier enfant. Je n’ai jamais retravaillé et au fil des années, trois autres enfants se sont ajoutés. Aucun n’est allé en garderie. Pas une seconde! Notre famille valorisait la proximité, la douceur et le calme. Nous voulions que nos enfants évoluent à leur rythme, et surtout, nous voulions être présents.

Est venu le temps de réfléchir à la maternelle. J’étais enceinte de notre quatrième. Cette année scolaire n’étant pas obligatoire, nous avons opté pour garder notre « grand » à la maison afin de bien vivre ensemble l’arrivée du sixième membre de notre famille. Et puis, finalement, quand l’aube des six ans est arrivé, nous savions que l’école ne répondait pas à ce que nous souhaitions conserver et continuer. Ce n’était pas « contre » l’école. C’était plutôt « pour » notre famille. Nous avons donc débuté la suite de notre aventure familiale.

Les années ont passées, huit pour être précise. Mes enfants sont maintenant tous en âge scolaire (Finissant la 1ère, 3ème, 5ème et sec.1). On ne savait pas vraiment où ça nous mènerait. Je dois être honnête et admettre que nous ne le savons toujours pas. Mais nous sommes certains d’une chose : Ça a été l’une de nos plus belles et de nos plus grandes décisions!


Au quotidien!
Je mentirais si je disais que nous avons un horaire. En fait, nos journées ressemblent à tout sauf à de la routine. En tant qu’adultes, nous ne sommes pas très doués avec les obligations. Nous vivons sans aucun doute en harmonie avec la liberté. Les choix que nous faisons en tant que personne ne sont basés que sur nos valeurs et sont reliés avec ce que nous sommes. Nous avons donc choisi d’offrir notre éducation sur le respect de ce que sont nos enfants en tant qu’individu unique avec leurs forces et leurs faiblesses. Leur vie est bâtie sur leurs intérêts et en ayant un accès permanent à l’univers. 

Ils lisent, écrivent et comptent. Ils jouent du piano, de la guitare ou de la flûte. Ils dessinent et construisent. Ils réparent, analysent et inventent. Ils connaissent l'électricité, la mécanique, la couture et le tricot. Ils cuisinent aussi! Nous allons au musée, dans un lieu historique ou dans les parcs. Ils suivent des cours et ont des activités sportives. Nous utilisons des cahiers académiques, des ressources Internet, des livres et nous posons des questions. Chaque journée et chaque occasion apportent une possibilité pour apprendre et grandir.

Ils ont des amis francophones et anglophones venant du Québec et d'ailleurs. Certains sont plus vieux, d'autres plus jeunes. Il y a des filles et des garçons, qui vont à l'école ou qui sont à la maison. Nous voyageons de façon permanente parce que la scolarisation à domicile nous offre la possibilité de partir en tout temps. 

Nous  sommes ainsi présents pour les observer, les encourager, les accompagner et les guider. Faire confiance à nos enfants est le plus grand de tous les cadeaux que nous leurs offrons afin qu’ils soient qui ils sont réellement et en toute sincérité. Nous acceptons qu’ils excellent dans certaines matières et qu’ils échouent dans d’autres. Tout comme les adultes que nous sommes avec ce que nous avons de meilleur et de pire. Nous leur enseignons à essayer, à recommencer et à reconnaitre leurs besoins.

Ce n'est pas la voie la plus facile ou la plus simple. C'est un engagement permanent et constant. C’est répondre aux questions et chercher les réponses. Il n'y a pas de pauses ni de repos. C'est tous les jours et à l'année. Mais c'est une richesse et un choix conscient.



Un futur à leur image!
Quel sera leur futur? Seront-ils vétérinaire, plombier, charpentier ou forgeron? Nous n’avons aucun moyen de le savoir pas plus que nous ne le saurions si ils étaient écoliers et pas plus que nous ne le savions quand nous étions enfants. 

Ce dont nous sommes certains par contre est qu’ils deviendront ce qu’ils souhaitent être. Que les seuls limites seront celles qu’ils s’imposeront et qu’ils auront toujours la liberté de faire tous les métiers. Si ça existe c’est qu’ils peuvent le faire. Si ça n’existe pas c’est qu’ils devront l’inventer!

mardi 2 mai 2017

Bogue Chitto State Park - Flanklinton - Louisiane

On ne connait surtout de la Louisiane que New Orleans. On y était en 2014 et, en plus de découvrir la grande ville, nous avions eu un aperçu des bayous et des trésors de l'état. Cette année, pour le retour au Québec, on avait la possibilité d'y passer à nouveau quelques jours.

Il y a des grandes villes et des plantations. Nous avions le choix. Nous nous sommes plutôt tournés du côté de la tranquilité. Notre hiver tout doux texan était très présent dans nos corps et nous ne voulions pas trop vite y ajouter la vitesse. On voulait aussi rester dans la nature. Et c'est ainsi que nous nous sommes retrouvés dans un coin inconnu du nord-est de la Lousiane!





En bordure de rivière, sur de grands sites boisés et là où le printemps est déjà bien installé.






La Louisiane... c'est plus que ce qu'on en connaît. Et c'est beaucoup de ce qu'on ne connaît pas.

Du 23 avril jusqu'à l'automne 2017

Dans la Belle Province! - Québec - Canada

mardi 18 avril 2017

Galveston (Encore!) - Texas - USA

Je sais, on y est déjà venu. C’était à l’automne dernier. On pensait bien avoir quitté la mer pour cet hiver. Sauf qu’elle est plus puissante que notre volonté... On n’avait pas envie de combattre. On l’a laissée gagner. On est revenu!

Ça pourrait être le jour de la marmotte, mais quand tu es bien à un endroit, le cœur t'y ramène quoi qu'il arrive. On ne peut pas vraiment l'expliquer... Galveston, on l'aime d'amour. Ce n'est pas la plus belle île, la mer n'y est pas non plus la plus belle. C'est dans les gens ou dans l'atmosphère. Dans les vagues, le sel ou la plage. C'est peut-être aussi dans l'humidité, dans la chaleur ou juste dans un tout. 




Tout ce que je peux dire, c’est qu’on y est un peu chez-nous! On va au parc (Schreiber Park), qui soit dit en passant, est l’un des plus beaux qu’on a vu et LE mieux construit. Une partie est pour les plus jeunes et une autre partie est pour les plus « vieux » peu importe l’âge parce que je pouvais aisément m’y amuser avec les enfants. Ça c’est chouette de glisser sans me blesser la tête ou marcher à genou! 



On va aussi de l’autre côté de l’ile, par le traversier gratuit qui mêne sur le continent. Il y a l’un des plus anciens forts de garde qui surveillait le port et son canal jusqu’à Houston. On peut visiter les structures qui malheureusement ne sont pas en très bon état, mais qu'on prend bonheur à parcourir. 










On va à la plage... Tous les jours! Pour se baigner, jouer dans les vagues, voir des dauphins, nager par mer calme, faire des chateaux ou des forts, marcher, jaser, méditer et se remplir l’âme de ce qui apaise.









Et on repart. On quitte le Texas pour vrai. Sauf qu’on retrouvera la mer un peu plus à l’est après un arrêt en Louisiane juste parce qu’on a envie d’y aller.

Petite note : Si vous venez dans le coin, n'hésitez pas à prendre le traversier si vous aimez prendre le bateau. À notre départ, on l'a pris aisément avec le pickup et la fifthwheel. La traversée dure une vingtaine de minutes et c'est gratuit. La route qui remonte vers la I10 longe la péninsule en suivant la mer et traverse des bayous. C’est très beau.